Archives de Tag: Chanteuse Lyrique

Attention! Attention!

Par défaut

Chères Amies, Chers Amis,

Me voilà de retour en ces lieux pour vous annoncer une excellente nouvelle…

La Voilà! Oui, la Voilà…pour très bientôt…la fameuse vidéo, tournée au mois de Juillet dernier!

Ainsi que je vous en avais mis l’eau à la bouche (enfin, ce que j’espère) j’ai tourné sur la Seine ces images pour la reprise, à ma façon, du célèbre titre extrait du dernier James Bond 007, « SKYFALL ».
Les aléas étant ce qu’ils sont, mon réalisateur Alain-François Pialat (mais oui, il s’agit bien de la famille du célèbre Maurice Pialat, puisqu’il est son neveu) n’a pu finaliser le montage que dernièrement.
C’est pourquoi, après quelques petites dernières modifications, je vais enfin pouvoir vous faire partager cet incroyable moment.

Mais comme je suis très gentille…je vous laisse quelques photos…pour vous mettre en appétit…
Tenez-vous prêts… Cela n’est plus qu’une question de quelques jours…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et la vidéo de l’enregistrement en Studio de l’accompagnement, arrangé et joué par Anne-Sophie Charles-Meles, ma soeur bien aimée que j’adore, et son cher époux, l’exceptionnel, prodigieux et immense artiste Marko Meles!!! Voilà pour votre ouïe … et je vous conseille d’activer la vidéo en regardant le diaporama…c’est très fun!!!

En ce 32ème Dimanche du temps Ordinaire…

Par défaut

En ce Dimanche 11 Novembre, 32ème Dimanche du Temps Ordinaire, je vous remercie toutes et tous 🙂
Bravo à vous et un grand Merci pour vos commentaires…
Le couple Gounod-Goethe est évidemment incontournable!
Faust, bien sûr, et son terrible mythe! Bon, vous n’êtes pas allé jusqu’à préciser que c’est certainement le fameux Air des Bijoux que je chanterai, mais j’imagine que ça ne faisait aucun doute…
Quoique!!! J’adorerais un jour chanter « Le Veau d’Or…est toujours debout…On encense sa puissance, an,an,an,an,an,ce!!! » 🙂
Qui sait, si, dans mes folies, un jour, je ne céderai pas aux sirènes de cette idole faite de métal précieux que le pauvre Moïse trouva d’ailleurs infortunément à son retour du Mont Sinaï (l’adoration d’une idole était interdit par le troisième commandement) adorée par les hébreux, sous la conduite de son frère Aaron. Il fut pris d’une colère si grande qu’il fracassa les Tables de la Loi sur un rocher et dut alors retourner au sommet du mont Sinaï afin de recevoir de nouvelles tables… Ce Veau d’Or fait encore couler beaucoup d’encre…
Symbole de l’addiction de l’humanité pour le « matériel » quand notre divinité réside simplement dans notre « spiritualité »…
Bon, veuillez excuser ces digressions un tantinet philosophiques que je ne pouvais m’empêcher de vous faire partager.
Après tout, tout est occasion à réflexion, n’est-ce pas?
Pour en revenir à ce fameux Air des Bijoux, devenu plus que célèbre, entre autre, grâce à ce cher Hergé…Mais, oui, souvenez vous, vos lectures enfantines…ou adolescentes… »Les Bijoux de la Castafiore »!!! et cette fascinante Bianca chantant « Ah! je ris de me voir si belle en ce miroir…Ah!!!  » Et bien, voilà, pour les néophytes en Opéra…l’occasion d’entendre ce merveilleux Air, chanté, par une vraie chanteuse lyrique dans toutes les règles de l’Art…enfin…j’y aspire en tous cas…
Une anecdote, en passant, la Star Académy m’ayant trouvé quelques accointances avec cette extravagante Castafiore( allez savoir pourquoi?) avait fait un « magnéto » édifiant, dans lequel je fus définitivement associée à ce personnage…
Si Steven Spielberg passe dans le coin…pour son prochain Tintin, je saurai sûrement me libérer…Qu’il me laisse ici un petit message et je ne manquerai pas de le rappeler… 😉
Pour en revenir à cette prochaine « Vie des Hauts » (Guillaume…Tu me la prêtes aussi celle là?…c’est que j’adore ce que tu écris…), d’autant qu’en ce qui me concerne, il s’agit bel et bien d’une Vie (vue) d’en haut (mon escabeau me hisse à 1m20 du sol quand même)…je voudrais vous interroger sur le lieu, maintenant…
Où pensez-vous que je puisse bien aller tourner la prochaine fois (je vous rassure, ça n’est pas encore fait…le froid et la pluie ont un pouvoir dissuasif assez conséquent, je dois bien l’avouer…)
C’est assez facile en vérité et je suis certaine que vous allez trouver très vite…
Pour conclure, il me faut néanmoins décerner mes fameuse Médailles…
Ayant reçu 3 bonnes réponses ce jour…elles seront toutes d’Or…(Tiens, encore lui…)
Merci à toi mon cher Fabrice. Je te remercie pour tes gentils mots…Que de temps passé…Ca m’a fait très plaisir…
Nora, ma chère Nora…cette fois tu as trouvé tout de suite!!! 😉 A très bientôt…
ET ma chère Jeanne…oui, je ne dors pas tellement, c’est vrai…la nuit! Mais alors, ne me demande rien avant midi… 😉
J’ai préféré vous répondre ici, plutôt que dans les commentaires, car de toutes façons…c’est à disposition de nos lecteurs…et que comme toujours…je n’ai rien à cacher, et que je suis heureuse d’avoir des ami(e)s tel(le)s que vous…
Pour finir…un dernier mot!
En ce Dimanche 11 Novembre, ayons une petite pensée pour ceux qui ont donné leur vie pour la France, en ce jour d’Anniversaire de l’Armistice 1918…D’ailleurs, je pense que ma Marseillaise est tout à fait d’à propos…
Et surtout, Prenez soin de vous! Yallah 😉

Attention Diva en Liberté : Thaïs à la Pyramide du Louvre

Par défaut

Bienvenue à vous,

Je suis TRES heureuse de vous présenter enfin ma dernière Née!
Je vous la laisse découvrir dés à présent, et, je me permets de vous proposer de lire le petit chapître que je vous ai concocté et qui pourra être Bienvenu…

La Nudité de Thaïs :
Voilà expliquées en quelques mots les raisons qui m’ont poussée à vous présenter cet air de la manière un peu osée, et surtout JAMAIS exposée ainsi, telle que vous allez le découvrir.
Le merveilleux compositeur Jules Massenet, écrivit son Opéra « Thaïs » pour la fascinante soprano californienne Sybil Sanderson, pour qui il avait déjà composé « Esclarmonde » et dont tout le monde savait qu’il en était entiché. Il avait une réputation d’homme à femmes, qui fit sans doute beaucoup pour la promotion de la création à l’Opéra de Paris le 16 Mars 1894 d’une œuvre sur la légendaire courtisane qu’est Thaïs. Lors de cette première représentation, Sybil Sanderson exposa accidentellement (doit-on le croire ?) sa poitrine…
Puis, survint une autre cantatrice, encore plus prestigieuse, Lina Cavalieri, qui fit de Thaïs la pierre angulaire du répertoire de l’Opéra pendant un demi siècle…La Vie privée mouvementée de Lina Cavalieri ajouta également au parfum de scandale . DEPUIS LORS, les sopranos chantant le rôle se sont dévêtues autant que leur permettait leur hardiesse(telle André Esposito, dans un costume digne des Folies Bergères) jusqu’à cette soirée, à La Nouvelle-Orléans en 1973, où la Soprano Carol Neblett devint la première Prima Donna à se présenter nue sur scène !
Le personnage de « Thaïs », la courtisane égyptienne devenue SAINTE, apparaît dans des manuscrits provenant de monastères du Moyen-Orient et datant du VIIe siècle. La nonne allemande Hrotswith rédigea son histoire sous forme de pièce de théâtre au Xe siècle.
Une traduction française du XIXe siècle inspira à Anatole France, d’abord un poème(1867), puis un roman (1890). Massenet reçu la permission d’en réaliser une adaptation pour la scène lyrique deux ans plus tard, et le livret en prose de Louis Gallet est l’un des premiers exemples du genre.
Puissiez-vous apprécier ce moment autant que j’ai souhaité en faire mon Oeuvre d’Art…