Archives de Tag: Diva en Liberté

Prochaine vidéo…Avant Goût….

Par défaut

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bonjour, Bonjour à tous,

Je suis sincèrement très heureuse de pouvoir revenir enfin vers vous, afin de vous annoncer une bonne nouvelle.
Ma prochaine vidéo est en très bonne « Voie » de réalisation….
Nous venons d’enregistrer « en studio » l’accompagnement, (et oui, en studio car cette fois je voulais être certaine d’avoir une excellente qualité de son).
Le live c’est très joli….mais vraiment très compliqué à réaliser dans les conditions qui sont les nôtres.
Cet accompagnement est un arrangement, réalisé à ma demande, par ma soeur Anne-Sophie Charles-Meles et son mari Marko Meles.
C’est une grande première car il s’agit d’un arrangement pour Piano à 4 Mains de la désormais très célèbre chanson du dernier James Bond « SKYFALL »!
Vous pourrez en voir un extrait dans la vidéo ci-dessous. Extrait réalisé ce jour au studio Profile on Air, par Anne-Sophie et Marko.
Un seconde séance est prévue pour terminer le montage des deux parties, Piano et …Voix…
Je vous ai concoctée une petite version « à ma manière » de cette magnifique chanson…Et….vous aurez, je l’espère, une très belle surprise…
En effet, la vidéo sera tournée dans des conditions tout à fait exceptionnelles….sur la Seine à Paris…..
Je ne vous en dis pas davantage…
Ah! si….mon réalisateur étant très perfectionniste, nous tournerons cette vidéo aux alentours du début, voire de la mi Juillet prochain!
Eh Oui!!! il va falloir être patient!
Donc, un petit Diaporama pour vous mettre au parfum et un petit extrait musical pour vous mettre l’eau à la bouche?

Fort impatiente de poursuivre cette aventure, je vous souhaite pleins de belles choses et surtout…Prenez bien soin de Vous…

Isabelle

Les Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle : Faust Air des Bijoux

Par défaut

Bienvenue à vous chères Amies et chers Amis…
Me voilà à nouveau très heureuse de vous présenter mon dernier travail avec ma merveilleuse Janine, sur le thème cette fois de Faust.
Le fameux et donc incontournable Air des Bijoux. Charles Gounod est pour moi l’un des plus grands compositeurs d’Opéras et cet air en est l’exemple…Il m’est arrivée de pleurer tout en chantant l’un de ses airs (il s’agissait alors de l’air de Mireille « A toi mon âme, je suis ta femme… ») submergée par l’émotion générée par cette musique sublime et ces poèmes si sincères et vrais. La vérité qui émane de cette écriture est celle qui nous touche…C’est ainsi que sa musique (entre autres, naturellement) survit aux siècles…Le monde se meurt d’absence de Vérité…Essayons d’y remédier à notre petit degré!

Cliquez sur l’étoile dès la lecture et paramètrez le 1080p pour la lecture en Haute définition.

La Place Vendôme

Par défaut

Bonsoir, Bonsoir…ou bien, Bonjour…

OUI, bien sûr, mon cher Fabrice…c’est la Place Vendôme que j’ai choisie pour ma prochaine équipée Lyrique !
Je suis juste un peu ennuyée car il semblerait qu’ils soient à nouveau en train de lui refaire une beauté…
J’irai sous peu m’enquérir de ces éventuelles modifications qui pourraient bien porter préjudice à mon projet…Une Place Vendôme méconnaissable ne ferait pas mon affaire !
Je remercie d’ailleurs déjà, mon ami Joseph (qui se reconnaitra), d’avoir pu faire accepter à Monsieur Philippe Ferrandis (magnifique créateur de Bijoux, que j’affectionne tout particulièrement…Ah ! ces belles Bagues, et ces Boucles d’Oreilles !!!) que l’on tourne quelques scènes (destinées à être insérées dans le film) au sein de sa très jolie boutique de la Rue du Faubourg Saint Honoré (Adresse prestigieuse), à deux pas de l’illustre Place, célèbre pour ses joailliers de renom, et qu’il me prête l’une de ses magnifiques parures afin d’être la plus belle…pour aller…chanter…
C’est bien sûr un clin d’œil que je fais en choisissant cet endroit merveilleux, car naturellement, cette chère Marguerite, étant une fille de la campagne, plutôt simple, ne trouve de valeur aux fameux bijoux offerts (par le Diable, en l’occurrence, Méphistophélès) que parce qu’ils lui donnent l’impression d’être plus belle et donc plus digne du gentilhomme qu’elle a rencontré la veille, en la personne de Faust…
C’est en fait, à mon sens, plus l’amour, qui génère chez elle se sentiment euphorique et ce rire, d’avoir la chance de se trouver si jolie à ce moment…l’amour rend beau…l’amour rend belle…que les plus beaux bijoux du monde…
Je trouvais amusant de commencer l’Air à la fin du récitatif par : « Dieu ! Que de Bijoux ! Est-ce un rêve charmant qui m’éblouit ? Ou si je veille….mes yeux n’ont jamais vu de Richesses pareilles ! »
Je ne vous en dis pas plus, vous avez suffisamment été gâté pour ce soir…
D’autant que vous allez avoir l’immense honneur et l’indicible chance d’entrer « en avant- première » chez ma chère Janine, dans le Saint des Saints, ainsi que j’aime à le dire, avec ce Diaporama que je viens de vous concocter…
Photos extraites de ma prochaine vidéo de notre travail sur Faust que je vous ai promis pour …Jeudi prochain…et je tiendrai promesse…
Surtout, prenez bien soin de vous…
Isabelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En ce 32ème Dimanche du temps Ordinaire…

Par défaut

En ce Dimanche 11 Novembre, 32ème Dimanche du Temps Ordinaire, je vous remercie toutes et tous 🙂
Bravo à vous et un grand Merci pour vos commentaires…
Le couple Gounod-Goethe est évidemment incontournable!
Faust, bien sûr, et son terrible mythe! Bon, vous n’êtes pas allé jusqu’à préciser que c’est certainement le fameux Air des Bijoux que je chanterai, mais j’imagine que ça ne faisait aucun doute…
Quoique!!! J’adorerais un jour chanter « Le Veau d’Or…est toujours debout…On encense sa puissance, an,an,an,an,an,ce!!! » 🙂
Qui sait, si, dans mes folies, un jour, je ne céderai pas aux sirènes de cette idole faite de métal précieux que le pauvre Moïse trouva d’ailleurs infortunément à son retour du Mont Sinaï (l’adoration d’une idole était interdit par le troisième commandement) adorée par les hébreux, sous la conduite de son frère Aaron. Il fut pris d’une colère si grande qu’il fracassa les Tables de la Loi sur un rocher et dut alors retourner au sommet du mont Sinaï afin de recevoir de nouvelles tables… Ce Veau d’Or fait encore couler beaucoup d’encre…
Symbole de l’addiction de l’humanité pour le « matériel » quand notre divinité réside simplement dans notre « spiritualité »…
Bon, veuillez excuser ces digressions un tantinet philosophiques que je ne pouvais m’empêcher de vous faire partager.
Après tout, tout est occasion à réflexion, n’est-ce pas?
Pour en revenir à ce fameux Air des Bijoux, devenu plus que célèbre, entre autre, grâce à ce cher Hergé…Mais, oui, souvenez vous, vos lectures enfantines…ou adolescentes… »Les Bijoux de la Castafiore »!!! et cette fascinante Bianca chantant « Ah! je ris de me voir si belle en ce miroir…Ah!!!  » Et bien, voilà, pour les néophytes en Opéra…l’occasion d’entendre ce merveilleux Air, chanté, par une vraie chanteuse lyrique dans toutes les règles de l’Art…enfin…j’y aspire en tous cas…
Une anecdote, en passant, la Star Académy m’ayant trouvé quelques accointances avec cette extravagante Castafiore( allez savoir pourquoi?) avait fait un « magnéto » édifiant, dans lequel je fus définitivement associée à ce personnage…
Si Steven Spielberg passe dans le coin…pour son prochain Tintin, je saurai sûrement me libérer…Qu’il me laisse ici un petit message et je ne manquerai pas de le rappeler… 😉
Pour en revenir à cette prochaine « Vie des Hauts » (Guillaume…Tu me la prêtes aussi celle là?…c’est que j’adore ce que tu écris…), d’autant qu’en ce qui me concerne, il s’agit bel et bien d’une Vie (vue) d’en haut (mon escabeau me hisse à 1m20 du sol quand même)…je voudrais vous interroger sur le lieu, maintenant…
Où pensez-vous que je puisse bien aller tourner la prochaine fois (je vous rassure, ça n’est pas encore fait…le froid et la pluie ont un pouvoir dissuasif assez conséquent, je dois bien l’avouer…)
C’est assez facile en vérité et je suis certaine que vous allez trouver très vite…
Pour conclure, il me faut néanmoins décerner mes fameuse Médailles…
Ayant reçu 3 bonnes réponses ce jour…elles seront toutes d’Or…(Tiens, encore lui…)
Merci à toi mon cher Fabrice. Je te remercie pour tes gentils mots…Que de temps passé…Ca m’a fait très plaisir…
Nora, ma chère Nora…cette fois tu as trouvé tout de suite!!! 😉 A très bientôt…
ET ma chère Jeanne…oui, je ne dors pas tellement, c’est vrai…la nuit! Mais alors, ne me demande rien avant midi… 😉
J’ai préféré vous répondre ici, plutôt que dans les commentaires, car de toutes façons…c’est à disposition de nos lecteurs…et que comme toujours…je n’ai rien à cacher, et que je suis heureuse d’avoir des ami(e)s tel(le)s que vous…
Pour finir…un dernier mot!
En ce Dimanche 11 Novembre, ayons une petite pensée pour ceux qui ont donné leur vie pour la France, en ce jour d’Anniversaire de l’Armistice 1918…D’ailleurs, je pense que ma Marseillaise est tout à fait d’à propos…
Et surtout, Prenez soin de vous! Yallah 😉

Attention Diva en Liberté : Thaïs à la Pyramide du Louvre

Par défaut

Bienvenue à vous,

Je suis TRES heureuse de vous présenter enfin ma dernière Née!
Je vous la laisse découvrir dés à présent, et, je me permets de vous proposer de lire le petit chapître que je vous ai concocté et qui pourra être Bienvenu…

La Nudité de Thaïs :
Voilà expliquées en quelques mots les raisons qui m’ont poussée à vous présenter cet air de la manière un peu osée, et surtout JAMAIS exposée ainsi, telle que vous allez le découvrir.
Le merveilleux compositeur Jules Massenet, écrivit son Opéra « Thaïs » pour la fascinante soprano californienne Sybil Sanderson, pour qui il avait déjà composé « Esclarmonde » et dont tout le monde savait qu’il en était entiché. Il avait une réputation d’homme à femmes, qui fit sans doute beaucoup pour la promotion de la création à l’Opéra de Paris le 16 Mars 1894 d’une œuvre sur la légendaire courtisane qu’est Thaïs. Lors de cette première représentation, Sybil Sanderson exposa accidentellement (doit-on le croire ?) sa poitrine…
Puis, survint une autre cantatrice, encore plus prestigieuse, Lina Cavalieri, qui fit de Thaïs la pierre angulaire du répertoire de l’Opéra pendant un demi siècle…La Vie privée mouvementée de Lina Cavalieri ajouta également au parfum de scandale . DEPUIS LORS, les sopranos chantant le rôle se sont dévêtues autant que leur permettait leur hardiesse(telle André Esposito, dans un costume digne des Folies Bergères) jusqu’à cette soirée, à La Nouvelle-Orléans en 1973, où la Soprano Carol Neblett devint la première Prima Donna à se présenter nue sur scène !
Le personnage de « Thaïs », la courtisane égyptienne devenue SAINTE, apparaît dans des manuscrits provenant de monastères du Moyen-Orient et datant du VIIe siècle. La nonne allemande Hrotswith rédigea son histoire sous forme de pièce de théâtre au Xe siècle.
Une traduction française du XIXe siècle inspira à Anatole France, d’abord un poème(1867), puis un roman (1890). Massenet reçu la permission d’en réaliser une adaptation pour la scène lyrique deux ans plus tard, et le livret en prose de Louis Gallet est l’un des premiers exemples du genre.
Puissiez-vous apprécier ce moment autant que j’ai souhaité en faire mon Oeuvre d’Art…

Les Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle : Thaïs

Par défaut

Oyez, Oyez chères Amies et chers Amis,

Je suis très heureuse de vous présenter ma nouvelle vidéo des « Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle » sur l’Air de Thaïs de Jules Massenet.
Bien sûr,le 18 Octobre, je vous confirme la sortie de la vidéo en elle même où j’interpréterai ce magnifique air devant les Pyramides du Louvre…la Nuit…et avec une petite surprise…
En attendant, à déguster sans modération, et encore mille Mercis à ma chère Janine pour tout ce qu’elle m’apprend et me donne si généreusement.

Bonne lecture et surtout, prenez bien soin de vous,

Isabelle