Archives de Tag: Diva

Skyfall est Arrivée!

Par défaut

Chères Amies et Chers Amis,

La voilà, la voilà, « la » tant attendue, l’enfant prodigue!!!
Les moyens qui ont été déployés pour lui donner « vie » ayant été hors du commun et époustouflants, j’espère que vous aurez un grand plaisir à en profiter…
En tous cas, je puis vous assurer que j’ai mis tout en oeuvre pour m’améliorer, encore…et toujours….
Je remercie énormément Alain-François Pialat qui a eu l’extrême gentillesse de réaliser cette vidéo, avec toute son équipe de vrais professionnels du cinéma! La qualité des images, qui plus est, de nuit, en sont le témoin! Sans parler du montage, qui est remarquable également. Enfin…c’est mon humble avis…..
Ma soeur Anne-Sophie Charles-Meles et son mari, Marko Meles sont également pour beaucoup dans la réussite de ce projet. Ce fût un grand moment que de travailler ENSEMBLE pour élaborer ce vers quoi nous tendions…
Beaucoup de travail de leur part, à l’écriture puis à l’interprétation jusqu’à l’enregistrement en studio que je n’oublierai jamais! Faire de la musique en famille…il n’y a rien de tel!!! C’est l' »éclate totale »!!!
On se comprend, on se sent, on s’écoute et on aime aller ensemble dans la même direction…en osmose!
L’un des plus beaux moments de ma vie!
Et chanter sur la Seine…en pleine Nuit, par un bel été…et bien…ce fût l’apothéose…

Voilà,…le résultat de tant d’énergies misent en commun…pour le plaisir…de s’amuser…de créer… et de faire plaisir en se faisant plaisir… Vive la Vie!

Et alors…. si vous l’avez aimé, cette vidéo…N’hésitez pas à la faire suivre!… elle va adorer…faire le tour du monde!

Prenez bien soin de vous…

Isabelle

Les Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle : Faust Air des Bijoux

Par défaut

Bienvenue à vous chères Amies et chers Amis…
Me voilà à nouveau très heureuse de vous présenter mon dernier travail avec ma merveilleuse Janine, sur le thème cette fois de Faust.
Le fameux et donc incontournable Air des Bijoux. Charles Gounod est pour moi l’un des plus grands compositeurs d’Opéras et cet air en est l’exemple…Il m’est arrivée de pleurer tout en chantant l’un de ses airs (il s’agissait alors de l’air de Mireille « A toi mon âme, je suis ta femme… ») submergée par l’émotion générée par cette musique sublime et ces poèmes si sincères et vrais. La vérité qui émane de cette écriture est celle qui nous touche…C’est ainsi que sa musique (entre autres, naturellement) survit aux siècles…Le monde se meurt d’absence de Vérité…Essayons d’y remédier à notre petit degré!

Cliquez sur l’étoile dès la lecture et paramètrez le 1080p pour la lecture en Haute définition.

La Place Vendôme

Par défaut

Bonsoir, Bonsoir…ou bien, Bonjour…

OUI, bien sûr, mon cher Fabrice…c’est la Place Vendôme que j’ai choisie pour ma prochaine équipée Lyrique !
Je suis juste un peu ennuyée car il semblerait qu’ils soient à nouveau en train de lui refaire une beauté…
J’irai sous peu m’enquérir de ces éventuelles modifications qui pourraient bien porter préjudice à mon projet…Une Place Vendôme méconnaissable ne ferait pas mon affaire !
Je remercie d’ailleurs déjà, mon ami Joseph (qui se reconnaitra), d’avoir pu faire accepter à Monsieur Philippe Ferrandis (magnifique créateur de Bijoux, que j’affectionne tout particulièrement…Ah ! ces belles Bagues, et ces Boucles d’Oreilles !!!) que l’on tourne quelques scènes (destinées à être insérées dans le film) au sein de sa très jolie boutique de la Rue du Faubourg Saint Honoré (Adresse prestigieuse), à deux pas de l’illustre Place, célèbre pour ses joailliers de renom, et qu’il me prête l’une de ses magnifiques parures afin d’être la plus belle…pour aller…chanter…
C’est bien sûr un clin d’œil que je fais en choisissant cet endroit merveilleux, car naturellement, cette chère Marguerite, étant une fille de la campagne, plutôt simple, ne trouve de valeur aux fameux bijoux offerts (par le Diable, en l’occurrence, Méphistophélès) que parce qu’ils lui donnent l’impression d’être plus belle et donc plus digne du gentilhomme qu’elle a rencontré la veille, en la personne de Faust…
C’est en fait, à mon sens, plus l’amour, qui génère chez elle se sentiment euphorique et ce rire, d’avoir la chance de se trouver si jolie à ce moment…l’amour rend beau…l’amour rend belle…que les plus beaux bijoux du monde…
Je trouvais amusant de commencer l’Air à la fin du récitatif par : « Dieu ! Que de Bijoux ! Est-ce un rêve charmant qui m’éblouit ? Ou si je veille….mes yeux n’ont jamais vu de Richesses pareilles ! »
Je ne vous en dis pas plus, vous avez suffisamment été gâté pour ce soir…
D’autant que vous allez avoir l’immense honneur et l’indicible chance d’entrer « en avant- première » chez ma chère Janine, dans le Saint des Saints, ainsi que j’aime à le dire, avec ce Diaporama que je viens de vous concocter…
Photos extraites de ma prochaine vidéo de notre travail sur Faust que je vous ai promis pour …Jeudi prochain…et je tiendrai promesse…
Surtout, prenez bien soin de vous…
Isabelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Attention Diva en Liberté : Thaïs à la Pyramide du Louvre

Par défaut

Bienvenue à vous,

Je suis TRES heureuse de vous présenter enfin ma dernière Née!
Je vous la laisse découvrir dés à présent, et, je me permets de vous proposer de lire le petit chapître que je vous ai concocté et qui pourra être Bienvenu…

La Nudité de Thaïs :
Voilà expliquées en quelques mots les raisons qui m’ont poussée à vous présenter cet air de la manière un peu osée, et surtout JAMAIS exposée ainsi, telle que vous allez le découvrir.
Le merveilleux compositeur Jules Massenet, écrivit son Opéra « Thaïs » pour la fascinante soprano californienne Sybil Sanderson, pour qui il avait déjà composé « Esclarmonde » et dont tout le monde savait qu’il en était entiché. Il avait une réputation d’homme à femmes, qui fit sans doute beaucoup pour la promotion de la création à l’Opéra de Paris le 16 Mars 1894 d’une œuvre sur la légendaire courtisane qu’est Thaïs. Lors de cette première représentation, Sybil Sanderson exposa accidentellement (doit-on le croire ?) sa poitrine…
Puis, survint une autre cantatrice, encore plus prestigieuse, Lina Cavalieri, qui fit de Thaïs la pierre angulaire du répertoire de l’Opéra pendant un demi siècle…La Vie privée mouvementée de Lina Cavalieri ajouta également au parfum de scandale . DEPUIS LORS, les sopranos chantant le rôle se sont dévêtues autant que leur permettait leur hardiesse(telle André Esposito, dans un costume digne des Folies Bergères) jusqu’à cette soirée, à La Nouvelle-Orléans en 1973, où la Soprano Carol Neblett devint la première Prima Donna à se présenter nue sur scène !
Le personnage de « Thaïs », la courtisane égyptienne devenue SAINTE, apparaît dans des manuscrits provenant de monastères du Moyen-Orient et datant du VIIe siècle. La nonne allemande Hrotswith rédigea son histoire sous forme de pièce de théâtre au Xe siècle.
Une traduction française du XIXe siècle inspira à Anatole France, d’abord un poème(1867), puis un roman (1890). Massenet reçu la permission d’en réaliser une adaptation pour la scène lyrique deux ans plus tard, et le livret en prose de Louis Gallet est l’un des premiers exemples du genre.
Puissiez-vous apprécier ce moment autant que j’ai souhaité en faire mon Oeuvre d’Art…

Les Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle : Thaïs

Par défaut

Oyez, Oyez chères Amies et chers Amis,

Je suis très heureuse de vous présenter ma nouvelle vidéo des « Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle » sur l’Air de Thaïs de Jules Massenet.
Bien sûr,le 18 Octobre, je vous confirme la sortie de la vidéo en elle même où j’interpréterai ce magnifique air devant les Pyramides du Louvre…la Nuit…et avec une petite surprise…
En attendant, à déguster sans modération, et encore mille Mercis à ma chère Janine pour tout ce qu’elle m’apprend et me donne si généreusement.

Bonne lecture et surtout, prenez bien soin de vous,

Isabelle

Making Of Thaïs à la Pyramide du Louvre

Par défaut

Bonjour à vous mes amies et amis,

Je tenais à vous faire part de ma joie d’avoir enfin pu tourner ma vidéo sur l’air de Thaïs devant la Pyramide du Louvre.
Nous avons du repousser deux fois. La Première, pour intempéries, et la Seconde, pour cause de Love Parade…( A ce sujet, un grand Merci à Mérédith qui m’a prévenu à temps) 🙂
Nous avons donc attendu que la nuit soit bien avancée Dimanche soir pour nous lancer.
Dieu soit loué, il n’y avait pas foule (comme je l’ai craint à cause de ce défilé qui passait juste aux abords de mon lieu de prédilection) et la douceur des quelques 16 degrés, à 22h30 encore, était tout à fait bienvenue. Vous comprendrez mieux la raison pour laquelle je tenais à profiter de la clémence du climat lorsque vous découvrirez, Jeudi 18 Octobre, le fruit de nos folies…
Oui, je dis « Folies » car j’aurais bien pu me retrouver en mauvaise posture, conduite par les gens d’armes, j’entends, ces gens de la
maréchaussée, en des lieux moins festifs et plaisants…
Le ciel étant avec moi, personne ne s’est manifesté et j’ai donc pu officier à ma guise jusqu’au moment où…
Jusqu’au moment où…les vigiles de la Pyramide du Louvre se sont déplacés jusqu’à nous…
J’allais entamer la Quatrième prise de ce merveilleux air de Thaïs, lorsque:
-Nous voudrions voir vos autorisations s’il vous plait!
Moi: – Oh, plus que 7 minutes et nous filons…
-Non, non, je veux vos autorisations!
Moi: -Ecoutez, je suis sincèrement désolée, mais je les oubliées dans la voiture, qui est, Ô infortune, garée assez loin!
– Mon chef veut vos autorisations, il peut vous en couter 7500 euros d’amendes!
Moi(Un sourire forcé): Hummm, Bon, et bien, nous allons arrêter…j’en suis fort marrie, mais il me semble que nous n’avons pas le choix…
Et je suis descendue (de mon piédestal) afin de soit disant( vous l’aurez compris) chercher les FAMEUSES autorisations …
J’ai été ravie de néanmoins voir un charmant jeune couple apostropher le vigile, fort déçu de n’avoir pu assister à une quatrième prestation.
J’ai épluché mes rushs jusqu’au bout de la nuit…et je crois pouvoir vous dire que nous tenons quelque chose de…Oh! Tiens! non, vous verrez bien…;-) mais je vous laisse quand même un avant goût de la chose…

Je vous dis à Jeudi pour « Les Petites Rencontres de Janine et d’Isabelle » sur l’Air de Thaïs bien sûr…

Et surtout prenez bien soin de vous,

Isabelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ave Maria de Charles Gounod au Sacré Coeur

Par défaut

Chères Amies et Chers Amis,

Je suis très heureuse de vous présenter ma dernière création : le si merveilleux « Ave Maria » de Charles Gounod.

Le 15 Août dernier, en hommage à la Vierge Marie, à qui je dois beaucoup, j’ai décidé d’aller chanter en son honneur.
Le Sacré Coeur me semblait assez emblématique pour cela et « à la hauteur » de la situation…;-)
Ayant une passion pour Charles Gounod, c’est donc SON « Ave Maria » que j’ai choisi.
Le vent étant venu se joindre à nous, dans l’unique dessein, j’imagine, de faire fuir les nuages alentours, votre ouïe pourrait malencontreusement s’en trouvée légèrement incommodée…
(Je vous promets de mettre tout en oeuvre afin que la prochaine soit parfaite (quant au son tout du moins)…)

A toi Marie,
Je te salue, toi qui a reçue toutes les grâces,
Qui est bénie entre toutes les femmes et dont Jésus, le fruit de tes entrailles, est béni,
Sainte Marie, notre mère à tous, Prie pour nous,
Afin que nous vivions mieux,
Que nous prenions conscience,
Que nous ayons confiance,
Et que nous sachions « véritablement » aimer.
Maintenant et pour l’Eternité.
Ainsi soit-il.